La cathédrale d’Autun (par Dennis Aubrey) Traduction française d’Arnaud Sergent


This article is part of a series translations by Arnaud Sergent. This is a translation of A Cathedral in Autun, a post from August 2013. To see other articles translated into French and Italian, follow this link.

Dans le premier volume de la série « La Nuit des Temps » du Zodiaque « Bourgogne Romane », Paul Veyriras (rédacteur de la traduction anglaise) écrit : « A Autun, nous sommes confrontés avec la spiritualité chrétienne médiévale dans toute sa splendeur. L’humilité d’Autun, son charme pur et enfantin sont si typiquement chrétiens qu’ils n’ont pas été égalés et ne le seront pas. »

La cathédrale bourguignonne Saint-Lazare d’Autun fut bâtie pour abriter les reliques vénérées de Lazare d’Aix, dont on pense que ce sont celles de Lazare de Béthanie, le compagnon du Christ. Ces reliques sont arrivées en la possession de la Cathédrale Saint-Nazaire d’Autun au 9ème siècle, et sur l’ordre de l’évêque, la nouvelle cathédrale fut érigée pour les abriter en 1120-1146.

A cause de réparations importantes au 15ème siècle, l’extérieur de l’église tel que nous pouvons le voir aujourd’hui est essentiellement gothique, mais l’intérieur demeure presque du pur roman. Dans la nef nous pouvons voir l’influence de l’abbaye de Cluny dans la voûte – une voûte en berceau brisé.

Nave, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d'Or)  Photograph by Dennis Aubrey

Nef, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photographie de Dennis Aubrey

L’élévation de la nef montre les hautes ogives des arcades, une belle corniche ouvragée surmontée par un triforium à trois arcs et des fenêtres à claire-voie. Le triforium comprend une arche centrale ouverte et deux arcs aveugles dans chaque baie. Sur le côté de la nef des puissants piliers, les pilastres cannelés guident l’œil vers le haut en direction des nervures transversales de la voûte.

Nave elevation, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d'Or)  Photograph by Dennis Aubrey

Elévation de la nef, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photographie de Dennis Aubrey

Le chœur est un mélange de roman et de gothique – les parties inférieures sont romanes, tandis que la section supérieure, y compris les vitraux, sont du 15ème siècle. Il n’y a pas de déambulatoire ni de chapelles radiales ; en revanche les bas-côtés s’achèvent en chapelles de chaque côté du chœur.

Choir, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photograph by PJ McKey

Elévation de la nef, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photographie de Dennis Aubrey

Depuis les charmants bas-côtés en voûte d’arêtes, on peut voir les piliers surmontés des superbes chapiteaux qui font l’orgueil de Saint-Lazare. On peut également distinguer des filets suspendus, utilisés pour protéger les visiteurs d’éventuelles chutes de maçonnerie dans les sections qui nécessitent une restauration.

Side aisle, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photograph by PJ McKey

Bas-côtés, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photographie de PJ McKey

Les chapelles latérales sont du 15ème, mais s’insèrent de belle façon dans l’ensemble de l’église. Elles furent probablement construites pour compenser le manque de chapelles radiales dans l’abside.

Side chapel,  Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photograph by PJ McKey

Chapelle latérale, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photographie de PJ McKey

Cette région de Bourgogne est riche en églises ornées de beaux chapiteaux – Vézelay et Saulieu viennent immédiatement à l’esprit – mais Autun est justement renommé pour sa sculpture. Le chapiteau de « Simon le magicien » est une représentation dramatique du sorcier s’écrasant à terre.

The Fall of Simon Magus at Cathédrale Saint Lazare, Autun  (Photo by Dennis Aubrey)

La chute de Simon le magicien, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photographie de Dennis Aubrey

L’épisode de Samson et le lion est illustré sur un autre chapiteau de la nef. La gravure de la crinière du lion est tout simplement stupéfiante.

Capital - Sampson attacking the lion, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d'Or)  Photo by Dennis Aubrey

Samson et le lion, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photographie de Dennis Aubrey

Sans doute le plus fameux chapiteau de Saint-Lazare est la fuite en Egypte, montrant Joseph menant l’âne transportant Marie et Jésus. Ici comme dans tant d’autres de cet ensemble, la sculpture est riche et audacieuse, emplie de force narrative.

Flight to Egypt, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d'Or)  Photograph by Dennis Aubrey

La fuite en Egypte, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photographie de Dennis Aubrey

Aussi magnifiques que soient les sculptures intérieures, le portail ouest réserve un des chef-d’œuvres indubitables de l’art roman – le tympan de « Gislebertus ».

West portal, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photograph by PJ McKey

Portail ouest, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photographie de PJ McKey

Le tympan de la cathédrale Saint-Lazare d’Autun est une réalisation suprême de la sculpture médiévale qui possède de surcroit un certain cachet additionnel grâce à la présence de ce que la majorité estime être la signature de l’artiste « Gislebertus hoc fecit », directement gravée sous la figure du Christ. Certains chercheurs (Linda Seidel, “Legends in Limestone: Lazarus, Gislebertus, and the Cathedral of Autun”) pensent en revanche que cette inscription ne se réfère pas à l’artiste, mais au maitre d’œuvre qui a financé le tympan. Il s’agit probablement d’une réaction contre les historiens d’art du 20ème siècle qui prétendaient voir dans toute la France un corpus complet d’œuvres créées par la même main qui avait sculpté ce tympan. Quel que soit la vérité sur Gislebertus, il n’y a aucun doute sur le génie et l’inspiration de ce créateur.

Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d'Or) Photo by Dennis Aubrey

Tympan, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photographie de PJ McKey

Paul Veyriras conclut sa description d’Autun avec: « Non qu’il soit impossible de trouver de plus admirables œuvres d’art, mais aucune ne fut créée avec la même apparemment inconsciente facilité, la même prodigieuse simplicité sans égale, alors que l’esprit d’Autun vit en elle. »

Et effectivement, l’esprit d’Autun continue de vivre en sa cathédrale. C’est l’expression pure de la Chrétienté médiévale, à la fois naïve et sophistiquée, simultanément pleine de grandeur et d’humilité. Il est au-delà de nos consciences modernes de comprendre comment ces traits peuvent harmonieusement cohabiter en un même bâtiment. Nous pouvons simplement admettre que cela soit ainsi et contempler émerveillés.

Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d'Or)  Photograph by PJ McKey

Arches de la nef, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photographie de PJ McKey

Localisation: 46.945027° 4.299004°

Note personnelle sur Saint-Lazare d’Autun : Après avoir longuement contemplé les merveilleux chapiteaux de la cathédrale, au passage je me dois de citer mon préféré, le sommeil des mages :

Le sommeil des mages, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or)  Photographie Internet

Le sommeil des mages, Cathédrale Saint Lazare, Autun (Côte-d’Or) Photographie Internet

La délicatesse de l’ange effleurant la main d’un des mages et pointant vers l’étoile est singulièrement touchante. Ce chapiteau illustre à merveille ce mélange de naïveté et de grandeur évoqué par Dennis dans son texte. Cette scène est d’une paix et d’une beauté hypnotique. C’est un bel exemple de comment l’art roman, par sa simplicité brute, arrive à nous faire toucher une réalité supérieure.
Une fois sorti de la cathédrale, Il faut également absolument se rendre au musée Rollin, qui se trouve à proximité, pour contempler une autre merveille de Gislebertus : Ève.

Ève, Musée Rollin, Autun (Côte-d’Or)  Photographie Internet

Ève, Musée Rollin, Autun (Côte-d’Or) Photographie Internet

Qui a dit que l’art roman était austère ? Gislebertus nous a livré ici une scène sensuelle et dynamique, suggestive et mystérieuse, aisément évocatrice du Jardin d’Eden. La position d’Ève et la composition est extrêmement originale. Elle évoque plus pour nous Gustav Klimt et ses fresques Beethoveniennes que la sculpture biblique « traditionnelle ». Mais justement, l’art roman n’a rien de « traditionnel ». Dans le cadre d’un programme iconographique déterminé, les sculpteurs ont laissé libre court à leur inspiration, et c’est pourquoi, aux quatre coins de l’Europe, chaque humble église de campagne peut nous livrer surprises et émotions.

Ève vue de face, Musée Rollin, Autun (Côte-d’Or)  Photographie Internet

Ève vue de face, Musée Rollin, Autun (Côte-d’Or) Photographie Internet

Arnaud Sergent

5 responses to “La cathédrale d’Autun (par Dennis Aubrey) Traduction française d’Arnaud Sergent

  1. Pingback: Road Trip through the Yonne Region of Burgundy, France |

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s